Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Nous ne voulons plus être des témoins passifs de manœuvres diaboliques en Casamance

Posté par: Jean-Marie François Biagui| Mardi 07 février, 2017 13:02  | Consulté 302 fois  |  0 Réactions  |   

De 1978 à 2000, Robert Sagna a été ministre de la République. Soit 22 ans de pouvoir sans discontinuer, dont il a par ailleurs usé et abusé, à des fins bassement personnelles, souvent diaboliques.

En effet, aucun de ses actes, quand il était aux ‘‘affaires’’, tout puissant à la droite ou à la gauche du président Abdou Diouf, ne fut bénéfique de manière avérée et vérifiée pour la paix en Casamance. Bien au contraire.

Or, il est acquis, à ce jour, que le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), toutes factions confondues, a fermé ses portes et fenêtres depuis octobre 2014 (certaines factions l’ayant fait à titre individuel bien des années auparavant) à Robert Sagna avec son Groupe pour la Recherche de la Paix en Casamance (GRPC), pour l’avoir enfin découvert tel qu’il est.

Ses pathétiques gesticulations, le weekend dernier, depuis Mongone, dans le département de Bignona, ne sont donc que vaine tentative de diversion, une de plus, doublée d’une escroquerie politicienne, encore une de trop, tendant à attester indûment et sans scrupules de la vitalité de sa capacité de nuisance. A moins qu’il ne soit tout simplement aux abois face à ses bailleurs de fonds, faute de retour sur investissement.

Ainsi, Robert Sagna avec son GRPC aurait-il fait face à de prétendus combattants du MFDC à Mongone, mais avec comme objectif de produire un communiqué qui fasse dire à ces derniers que « le règlement de la crise en Casamance passe d’abord par l’unification des différentes bases du MFDC, la préparation du processus de négociations avec le gouvernement et la signature d’un accord de paix définitif et inclusif ».

‘‘Inclusif’’! Parce que, dans le sempiternel entendement de Robert Sagna, un accord de paix en Casamance, dont il n’est ni l’alpha ni l’oméga, ne saurait en être un, encore moins ‘‘définitif’’. C’est à la fois pathétique, mesquin et immonde.

Non ! Ça suffit, Robert. Nous en avons assez. Nous en avons marre de vos coups fourrés. Vous n’aimez pas la Casamance, c’est un fait ; encore moins le Sénégal, tout le monde le sait. Sinon vous n’auriez pas œuvré, avec succès hélas, dans le cadre du processus de paix en Casamance, à la disqualification et de l’aile politique du MFDC et du Collectif des Cadres Casamançais (CCC), au seul profit de votre GRPC, en fait à votre seul profit. Et donc au détriment notamment de votre frère Pierre Goudiaby Atepa, président du CCC.

Et pourtant, tout le monde en convient, l’expertise du CCC, dont vous êtes par ailleurs un membre fondateur, est en l’occurrence historiquement avérée, et irremplaçable. Sauf que, à l’évocation de ‘‘Collectif des Cadres Casamançais’’, on entend ‘‘Atepa’’, mais guère ‘‘Robert Sagna’’. C’est votre problème personnel, Robert. Mais n’en faîtes pas un problème casamançais.

En vérité, en ce qui concerne la rencontre fameuse de Mongone, aucun des chefs de guerre connus et reconnus du MFDC – nous disons bien aucun ! – n’est concerné, ni de près, ni de loin, par l’initiative fumeuse et unilatérale de Robert Sagna.

Certes, ces derniers, infiniment plus que Robert Sagna et son GRPC, veulent la paix, et ils œuvrent sans relâche, en toute sincérité, depuis plusieurs années, pour le retour de la paix durable en Casamance.

Dans cette perspective, les différentes factions du MFDC avec leurs chefs respectifs ne ménagent aucun effort en vue de recouvrer l’unité de leur mouvement, fortement mise en mal, et à dessein, par des acteurs malintentionnés comme Robert Sagna. Et ils ne sont pas loin d’y parvenir, c'est-à-dire à l’unité retrouvée du MFDC, malgré les coups bas et autres manœuvres souterraines de celui-ci.

Pour autant, avec gravité, nous en appelons à plus de vigilance et de lucidité de la part de nos frères et sœurs du MFDC.

Aussi, demandons-nous aux Autorités de prendre en l’espèce leurs responsabilités, mais alors toutes leurs responsabilités.

Dakar, le 7 février 2017.

Jean-Marie François BIAGUI

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

 L'auteur  Jean-Marie François Biagui
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
 Les Commentaires sont desactivés.
 
Jean-Marie François Biagui
Blog crée le 30/12/2011 Visité 303720 fois 140 Articles 8074 Commentaires 22 Abonnés

Posts recents
Où l’on découvre ce que la démocratie n’est pas
Quand la RTS se couche, France 24 reste debout
Oser l’avenir
En Casamance il n’y a pas que le MFDC avec ses membres d’un côté et de l’autre tous les autres Casamançais
Seule la liberté est belle [Lettre à un Combattant de la liberté]
Commentaires recents
Les plus populaires