« 17 Rue Jules Ferry », un documentaire de Wasis Diop en hommage à Joe Ouakam

  • Source: : APS | Le 09 mai, 2018 à 17:05:49 | Lu 3277 fois | 10 Commentaires
content_image

« 17 Rue Jules Ferry », un documentaire de Wasis Diop en hommage à Joe Ouakam

Le documentaire "17 rue Jules Ferry", réalisé par le musicien, chanteur et compositeur sénégalais Wasis Diop, se veut un hommage à Issa Samb dit Joe Ouakam, un artiste iconoclaste décédé en avril 2017. 

Après un premier film consacré au même artiste et intitulé "La cour de Joe Ouata" (2012), Wasis revient avec ce nouveau documentaire de 35 minutes qui revient sur les dernières années de Issa samb.

Le film part des tendances intellectuelles de la fin des années 1950 qui ont marqué Issa Samb pour mieux parler de Joe Ouakam, de l’artiste qu’il est devenu et de son héritage qui s’inspire aussi des acquis du congrès des intellectuels et écrivains noirs de 1959 à Paris, du premier Festival mondial des arts nègres de 1966.

Joe rappelle dans ce film le courant artistique auquel il se rattache, la voie qu’il a prise à cette période pour exprimer ses idées artistiques à travers le laboratoire "Agit’Art", un réseau d’intellectuels, d’artistes et de penseurs affranchi de toutes les lignes rouges tracées par le président Léopold Sédar Senghor.

Pour le réalisateur, Joe Ouakam avait une adresse précise dans Dakar, à savoir le "17 rue Jules Ferry", même s’il se retrouvait très souvent à errer partout à travers le plateau, le centre-ville de Dakar, la capitale sénégalaise, d’où le titre du film.

"On oublie que Joe avait une adresse, il était une personne ordinaire qui habitait quelque part. Le titre d’un film est toujours la quintessence en réalité, il nous donne une idée de ce que l’on va voir", explique le réalisateur, réputé pour ses musiques de film.

Il dit voir en cette adresse (17, rue Jules Ferry), "un destin scellé entre Joe Ouakam et ses arbres, ses oiseaux, ses chats…, qui habitaient avec lui et (qui ont été) emportés après son départ".

Un parallèle saisissant avec la vie du frère de Walis Diop, le cinéaste Djibril Diop Mambety, qui également "habitait au 17 rue kléber’’ et à qui le réalisateur rend également hommage, à l’occasion des 20 ans de sa disparition.

La caméra de Wasis Diop se promène aussi dans les rues de Ouakam, le quartier de naissance de Joe Ouakam où l’homme était ancré dans ses valeurs traditionnelles et mystiques.

"L’histoire de Joe, nous l’avons commencé, mais nous savons que nous ne pourrons pas la terminer. (...) Joe est un patrimoine. En réalité, l’histoire de Joe est tellement liée à chacun de nous, c’est-à-dire qu’il y a des micro-histoires, parce que Joe était le Joe de tout le monde", explique le cinéaste.

Il concède naturellement l’obsession à la limite de faire un film sur Joe Ouata, faisant valoir qu’il y a chez Joe Ouakam "un côté prophétique, en dehors de la religion bien entendu’".

"Je parle d’un passeur, de quelqu’un qui nous a permis de ne pas être seul, il nous ramène sur de bons rails, nous accompagne, nous distrait, nous crie dessus et nous caresse", dit Wasis Diop.

Aucun commentaire dans ce film dont la seule parole est celle de Joe Ouakam et du poète qui lit son texte, un procédé presque minimaliste assumé par l’auteur, par principe et par obligation, la vie de Joe Ouakam s’expliquant par elle-même.

"C’est difficile de faire un film de Joe avec un commentaire, je pense qu’il n’est pas quelqu’un que l’on commente, il n’a pas besoin de commentaire, il a besoin d’être vu, quand tu vois Joe assis, marcher, parler, même si tu ne comprends pas, c’est quelqu’un qui attire le regard, qui nous aime et que l’on aime", justifie le réalisateur.

Entre Wasis et Joe Ouakam, "c’était une rencontre", raconte Wasis Diop, nostalgique, avant d’ajouter : ’’Aujourd’hui, j’ai du mal avec Dakar depuis que Joe est partie".

Le film "17 rue Jules Ferry" a été projeté lundi soir à l’Institut culturel français de Dakar, en présence de l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, dans le cadre de la 13e édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’art, 3 mai-2 juin).

Sa projection marquait la reprise des séances de "Cinéma de nuit" interrompues depuis 2011 et dont c’était la 43e séance.

 


Auteur: APS - APS






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (7)


Padre Feliz En Mai, 2018 (17:05 PM) 0 FansN°: 1
Wasis,le poète des sonorités musicales
Reply_author En Mai, 2018 (06:47 AM) 0 FansN°: 1
vous semblez oublier pourquoi vous avez été créé au point de vendre à vil prix votre croyance. vous passez tout votre vie à vouloir contenter les occidents qui ne sont contents que s'ils vous voient faire les golos et le pitres.
pauvres déracinés !
Anonyme Modou  En Mai, 2018 (18:33 PM) 0 FansN°: 2
Un grand merci pour ce documentaire sur un personnage reconnaissable mais méconnu par ses contemporains et les générations futures. Ado je voyais Jo ouakam à dakar dans ses accoutrements de "free-man" comme il était désigné entre autres dans les années 70. Certains le prenait pour un "fou" tellement il était singulier. Son œuvre est maintenant mieux connu que de son vivant. Mieux vaut trop tard que jamais. Merci l'artiste.
Un Ouakamois En Mai, 2018 (18:56 PM) 0 FansN°: 3
hat off wasis diop
James Brown En Mai, 2018 (19:04 PM) 0 FansN°: 4
"Ado je voyais Jo ouakam à Dakar dans ses accoutrements de "free-man" comme il était désigné entre autres dans les années 70. " obligé...



ce bled était une fierté,un havre de paix,du miel, un kif,une bombe...



qu'est devenu ce pays?
Anonyme Modou  En Mai, 2018 (19:27 PM) 0 FansN°: 5
No 4 je comprends votre interrogation ? mais hélas ce pays n'a pas su préserver et développer ses acquis post-colonisation.
Anonyme En Mai, 2018 (08:21 AM) 0 FansN°: 6
JULES FERRY ce RACISTE NOTOIRE et pourquoi pas une rue ADOLF HITLER les Africains ont aucune dignité!!! Remarquez il y a des rues ou Boulevards CHARLES DEGAULLE ce grand criminel et raciste qui détestait les Africains et qui les tuait :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre: 
L'idiot En Mai, 2018 (14:07 PM) 0 FansN°: 7
Est-ce que quelqu'un peu partage in tout petit peu des oeuvres de Joe Ouakam tant chanté par les artistiques. Dans quel domaine excellait-il ? S'il vous plait, je veux quelque chose de palpable mais pas de "ses accoutrements de "free-man"". Merci a toute personne qui pourrait satisfaire ma curiosité.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com