Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Du "concept de développement territorial" préconisé par le Gouvernement

Posté par: Jean-Marie François Biagui| Jeudi 28 juin, 2012 13:50  | Consulté 2739 fois  |  6 Réactions  |   

Déclaration du Président du MFDC (Mouvement pour le Fédéralisme et la Démocratie Constitutionnels) :

Du « concept de développement territorial » préconisé par le Conseil des Ministres délocalisé à Ziguinchor…

Tout le monde l’aura constaté, le Conseil des Ministres central, alors délocalisé cette semaine à Ziguinchor, en Casamance, n’a pas cessé pour autant d’être un Conseil des Ministres central. D’aucuns l’eussent, en effet, baptisé avec solennité « Conseil des Ministres décentralisé », qu’il ne daignât guère être autre qu’un Conseil des Ministres simplement délocalisé. Et pour cause : tous les « intrants » nécessaires à sa conception puis à sa réalisation, y compris les appareils pour la climatisation, la sono et autres produits tels que la peinture pour rafraîchir opportunément le palais de la Gouvernance de Ziguinchor, y sont acheminés depuis Dakar. En Fait, Dakar s’est transportée à Ziguinchor pour les besoins du Conseil des Ministres délocalisé.

Or, nous dira-t-on, celui-ci a accouché, entre autres, d’un « concept de développement territorial », qui pourrait faire l’objet de quelque expérimentation en Casamance, avant peut-être son extension aux autres régions du pays.

Aussi, comme, en ce qui nous concerne, nous abondions déjà dans le même sens, à quelque nuance près, notamment dans le cadre de notre projet de société, nous voudrions rappeler ici notre réflexion y relative, à l’intention de l’opinion nationale, et particulièrement des populations casamançaises. Ainsi, préconisions-nous dans « Mouvement pour le Fédéralisme et la Démocratie Constitutionnels : un pari politique pour la paix définitive en Casamance, au Sénégal, et dans la Sous-région », éditions Clairafrique, Dakar, décembre 2008 » :

‘‘Pour la mise en place immédiate d’un nouveau système d’administration économique, sociale et culturelle du pays

‘‘Dans la perspective des nécessaires mutations institutionnelles attendues, il conviendrait de mettre en place, immédiatement, un nouveau système d’administration du pays qui s’appuie à la fois sur l’institution qu’est le Président de la République, en tant que véritable chef d’un exécutif limité aux ministères susmentionnés et relayé localement par les institutions ou dispositifs suivants :

- Une Loi Marshal pour le développement économique, social et culturel des six Provinces réhabilitées.

- Un Haut Commissariat pour chaque Province avec, à sa tête, un Haut Commissaire de rang ministériel, relevant du Président de la République et nommé par celui-ci pour une durée de 5 ans.

- Un Collectif Consultatif pour chaque Province composé des Elus concernés.

- Une Commission d’Experts pour chaque Province (penser aussi aux ONG et aux Associations).

Dans un tel contexte, le Haut Commissaire serait le Délégué de l’Etat devant administrer la Province de manière autonome, dans le respect de la Constitution, des lois et des règlements en vigueur, et notamment en vertu de la Loi Marshal. De même, chaque année, sur proposition du Haut Commissariat, et après avis du Collectif Consultatif et approbation du Gouvernement en Conseil des Ministres, le Parlement voterait le Budget nécessaire à l’administration de chaque Province, alors que, avec l’aide de la Commission d’Experts, le Haut Commissariat établirait des projets de développement de sa Province, qu’il soumettrait pour avis au Collectif Consultatif, au début de chaque exercice. Ce faisant, le Haut Commissariat procèderait à l’exécution des projets de développement dont il serait porteur, en toute autonomie. Par ailleurs, à la fin de chaque exercice, celui-ci dresserait un bilan devant le Collectif Consultatif et rendrait compte de son travail au Président de la République, tandis que les services concernés de l’Etat (Conseil d’Etat, Cour des Comptes) procèderaient à un contrôle a posteriori de la gestion de chaque Haut Commissariat.

Au demeurant, au terme d’une période de cinq ans, consacrée à une telle expérimentation contrôlée, il faudrait mettre en place les mécanismes nécessaires pour rendre constitutionnel ce système nouveau, ce qui apparaîtrait comme l’aboutissement heureux du système actuel de décentralisation. Le Haut Commissaire pourrait, alors, être élu par les citoyens concernés au suffrage universel direct, en qualité de Premier Ministre Provincial.

Enfin, les compétences du Haut Commissariat pourraient s’étendre comme suit :

- Ses compétences propres :

-1-   Travaux publics

-2-   Tourisme

-3-   Réseaux locaux de transport

4   Production, transport et distribution d’énergie

5   Artisanat

6   Pêche

7   Forêt

8   Industrie

9   Agriculture et élevage

10 Commerce intérieur

- Les compétences partagées avec les Collectivités Locales :

11 Domaine

12 Aménagement du territoire

13 Environnement et gestion des ressources naturelles

14 Santé, population et action sociale

15 Jeunesse, sports et loisirs

16 Culture

17 Education

18 Planification

19 Urbanisme et habitat’’

Ziguinchor, le 28 juin 2012

Jean-Marie François BIAGUI

Président Général du MFDC 

 L'auteur  Jean-Marie François Biagui
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (6)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Juin, 2012 (19:20 PM) 0 FansN°:1
A son Excellence M. Le président de la République Macky Sall; M. le Premier ministre ; Mmes, Messieurs les membres du Gouvernement ; M. le président de la Cour des comptes

Le gouvernement nouvellement élu affiche une marque de rupture par une politique d’austérité et une dynamique de gestion transparente. Mais la ferme volonté de lutter contre l’impunité annoncée entre autres, en matière de gestion financière, au risque d’être taxée de discriminatoire ne devrait-elle pas revêtir un caractère de portée générale et viser toute comptabilité publique. Autrement dit, s’il faut arrêter et punir les auteurs de malversation financière, les projecteurs ne seront pas braqués, seulement, sur une catégorie de personnes, ni uniquement sur le domaine de l’Etat central.
Le budget général de l’Etat porte l’essentiel du développement national, sous la responsabilité du gouvernement à travers ses différents services et directions ministériels.
La fin du règne de l’injustice ne peut procéder à une chasse aux sorcières déraisonnée, ni à une instrumentalisation déguisée de la presse. S’il faut démasquer et poursuivre tout responsable de faute punissable dans notre droit positif, rien ne dit qu’il faut chercher les fautifs uniquement dans un cercle restreint. Parce que même si les nouveaux gouvernants viennent juste de prendre fonction, il n’en est pas moindre de la responsabilité de certains d’entre eux dans la gestion...
Anonyme En Juin, 2012 (19:23 PM) 0 FansN°:2
Suite:

des budgets locaux. Effectivement, il y a des femmes et des hommes ministres ayant été ou étant toujours, maire, président de communauté rurale ou président de conseil régional, et qui ne sont pas du tout à l’abri de tout soupçon, ni immunisés de poursuite judiciaire.
Il ne faudrait pas prendre les Sénégalais de demeurés, ce Peuple très éveillé qui a compris que désormais, personne ne pourra se jouer de lui. Nul ne peut plus tromper ce Peuple sénégalais totalement mature qui a refusé de verser dans la violence quand une minorité a voulu entrainer le pays dans le chaos, et a, plutôt décidé de faire son choix calmement et démocratiquement à travers les urnes. Les Sénégalais sont fatigués et lassés, des déceptions des gouvernants et attendent enfin, des réponses sur leur conditions de vie et sur une forme de gouvernance démocratique.

Si l’on voudrait en découdre définitivement avec ce mal qui gangrène le développement de notre pays, traquer à jamais les démons qui ont plombé notre économie, la démarche doit être sincère, légale et générale.

Et pourtant que de dépenses faramineuses pour satisfaire le clientélisme, ajoutées à une gestion nébuleuse par un recrutement de personnel pléthorique inadaptée et absentéiste et à une pratique des emplois fictifs.
C’est pour dire que pour lutter contre l’impunité, il y a du travail à faire partout et même dans les collectivités locales, mais aussi il sera...
Anonyme En Juin, 2012 (19:24 PM) 0 FansN°:3
il y a du travail à faire partout et même dans les collectivités locales, mais aussi il sera nécessaire de faire un petit tour dans le camp présidentiel.
Monsieur le président, pourquoi certains département ministériels tardent à apporter du sang neuf au sein de leurs directions et services ? il s’agit entre autres de la Primature
du Ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur
du Ministère de l’Intérieur
du Ministère des Forces Armées
du Ministère de la Justice
du Ministère de l’Agriculture et de équipement rural
du Ministère de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités locales
du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat
et du Ministère de l’Elevage. Ces ministères avec en leur sein de directions budgétivores n’ont rien fait de pertinent, de plausible. Aucun acte concret n’a jusqu’ici était posé. Le peuple en a marre c’est pourquoi il a lancé un appel fort en Mars dernier. Ce même peuple vous accordera sûrement une majorité absolue au soir du 1er Juillet, alors, la balle est dans vos camps très chers Ministres.
Mesdames, messieurs les gouvernants, chers concitoyens, vive le Sénégal.
M. M. ND En Juin, 2012 (12:45 PM) 0 FansN°:4
En réponse à Jean Marie francois BIAGUI nous rappellons que:
L'intégrité du Senegal n'est pas négociable..
Le Senegal est un et indivisible. Et qu'il ne peut y avoir au senegal de délégation d'executif au niveau régional..
Qu'il s'attelle d'abord à lire le préambule de la Constitution et à le respecter.
M M ND En Juin, 2012 (12:50 PM) 0 FansN°:5
A J. M. Biagui

L'intégrité de la Nation n'est pas négociable.
Il serait absurde de décréter une délégation de l'executif au niveau régional..
Prère bien lire le preambule de la constitution
Anonyme En Juillet, 2012 (09:08 AM)0 FansN°: 192034
Projet interessant

Ajouter un commentaire

 
 
Jean-Marie François Biagui
Blog crée le 30/12/2011 Visité 307122 fois 142 Articles 8076 Commentaires 22 Abonnés

Posts recents
Eux et nous, ou ce que révèle l’« affaire du zircon » en Casamance
Casamance : Communiqué du maquis du MFDC contre les fossoyeurs de la paix
Où l’on découvre ce que la démocratie n’est pas
Quand la RTS se couche, France 24 reste debout
Oser l’avenir
Commentaires recents
Les plus populaires